Cuisiner
Laisser un commentaire

La soupe d’Andalousie

Le soleil rouge sur la peau, les montagnes telles des vagues ondulants à l’horizon, une odeur de paradis qu’on hume en fermant les yeux doucement… Notre voiture est comme un navire qui vogue au coeur d’une mer verte et marron à la recherche d’un oasis. Il y a un peu partout des petits villages blancs qui s’accrochent aux falaises et des oliveraies qui se dressent, fiers, en rang, promesse de tous ces repas décadents partagés à la noirceur. Voici l’Andalousie, ce rêve éveillé dont je suis sortie à la fois repue et affamée car oui, il y a là-bas une magie dans les plats.

Peut être aurai-je l’occasion un jour de vous raconter ses saveurs mais d’ici là je dois vous parler d’une bouchée de bonheur. Revenons en automne dernier alors qu’entre deux vallons, notre estomac tambourine et notre navire décide de jeter l’ancre près de Cordoue. À table, on nous sert un jambon qui tache les doigts et qui fond dans la bouche et du pain, encore chaud, qu’on rompt et partage avec le voisin. Il nous reste toutefois au bout des lèvres un goût de fraîcheur, une envie de légèreté. Un bol de soupe froide aux couleurs de l’amour fait soudainement apparition. Une gaspacho ? Non, son frère le Salmorejo. Coup de coeur instantané, une réelle découverte dont j’ai emporté le secret avec moi. Depuis, je peux goûter le Sud de l’Espagne au coeur de mon petit patelin québécois à chaque fois que je la fais.

L’acidité des tomates est ici adoucie par une généreuse rasade d’huile d’olive, un goût typiquement espagnol, qu’on monte en filet comme une mayonnaise pour donner une texture crémeuse. L’ajout de pain rend la mixture soyeuse et plus dense. Chaque bouchée en redemande une nouvelle. C’est bon et surtout c’est si simple. Le génie de cette recette vient bien sûr de la qualité des produits utilisés. C’est pourquoi je me sers des tomates de mon jardin, juteuses, remplies de soleil, comme en Andalousie. Essayez lors d’une chaude journée d’été !

Soupe Salmorejo

IMG_6614 (1)

Ingrédients

  • 1 kilo tomates pelées et coupées en 2
  • 1 gousse ail
  • 200 g. mie de pain blanc en morceaux
  • 1 pincée sel
  • 300 ml. huile d’olive
  • 2 c. à soupe vinaigre de vin rouge
  • Au goût herbes du jardin

Étapes
Mixer au robot les tomates. Ajouter l’ail, le pain et le vinaigre.
Ajouter sel et herbes du jardin au goût.
Ajouter ensuite l’huile d’olive petit à petit (émulsionner) jusqu’à obtenir une consistance lisse.
Réserver au frigo une heure
Assaisonner avec sel et herbes du jardin. Les espagnols ajoutent souvent du jambon et des oeufs cuits durs pour un repas plus consistant.

Petits conseils
Avec la croûte du pain restante, j’aime faire des petits croûtons pour tremper dans la soupe. Vous n’avez qu’à placer les morceaux sur une plaque allant au four en les aspergeant d’huile d’olive. J’ajoute ,pour ma part, du gros sel et des herbes. Un délice !

Éloïse
xx

Publicités
Cette entrée a été publiée dans : Cuisiner
Avec les tags : , , ,

par

Puis il y a moi. Toute ma vie j’ai grandi sur une terre entourée de champs, d’une forêt et d’un étang à castor, à l’intersection d’un rang et d’une montée. Il y a eu le tracteur, les serres, les fleurs, les chèvres, la «bouette», les chevaux. C’était beau, on a été choyé ma soeur et moi. Pourtant, je n’ai jamais eu l’idée de reprendre l’entreprise familiale. C’est plutôt la ville qui me tentait trop, moi le mouton noir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s